Power to the People ! Mais qu’est-ce que le WEB3 ?

De nouveaux mots comme blockchain, cryptomonnaie et NFT sont apparus dans le monde numérique et on en perd rapidement la vue d’ensemble. Internet se développe rapidement ; de nouveaux concepts sont mis en place et des idéologies se concrétisent. Pour beaucoup, tout va trop vite et cette panoplie de termes techniques semble incompréhensible et complexe au premier abord. Mais étant donné que le WEB3 risque fortement de façonner notre avenir, porter de l’intérêt à ce sujet peut se révéler être une véritable plus-value. Nous sommes à l’aube d’une révolution numérique et il serait un atout d’y participer. Une chose à la fois ! Premièrement, il est nécessaire, d’avoir un aperçu de ce qu’est le WEB2, celui dans lequel nous nous trouvons, afin d’appréhender les problèmes de celui-ci et finalement, avoir une meilleure approche du WEB3.

WEB2. Internet est foutu ! Cette déclaration, circulant dans divers forums, est avancée par des experts et, à y regarder de plus près, par des novices également. WEB2 se caractérise par une interaction sociale directe sur des plateformes centralisées. Bien que le contenu soit créé par des utilisateurs pour des utilisateurs, il passe inévitablement par ce que l’on appelle des intermédiaires. Ces intermédiaires tels que Google, Facebook ou Microsoft contrôlent une large majorité des flux de données actuels. Grâce à une image établie de fiabilité, les utilisateurs sont prêts à transmettre leurs données, tête baissée, à ces fameuses entreprises. En réalité, elles ont le contrôle sur ce qu’il advient des données, mais aussi sur ce que peuvent voir les utilisateurs.

Problématique. Mort aux monopolistes numériques ! Ces plateformes centralisées créent divers monopoles et un déséquilibre des pouvoirs. Les fournisseurs de réseau, les moteurs de recherche, les messageries électroniques et les médias sociaux prennent une place grandissante et collectent, de ce fait, une énorme quantité de données. Sur internet, il se dessine un schéma similaire à celui entre les riches et les pauvres. Le pouvoir dans l’espace numérique est seulement réparti entre quelques grosses entreprises. Ce phénomène économique des plateformes doit cependant être combattu, car ce pouvoir fait souvent l’objet d’abus, par exemple, la censure, la hiérarchisation des contenus ou le courtage illégal de données à des fins politiques ou commerciales.

WEB3. Power to the People ! C’est là que WEB3 entre en jeu, il s’attaque aux problèmes du WEB2 dans le but de décentraliser le pouvoir et d’éliminer ainsi les intermédiaires. Mais qu’est-ce que la décentralisation du web ? En termes simples, les utilisateurs d’internet seront directement connectés les uns avec les autres et cette chaîne d’utilisateurs, d’applications et de serveurs, se contrôlera et se fera confiance de manière autonome. C’est la technologie blockchain qui permet de créer internet de manière plus sûr, de renforcer la protection des données et ainsi de permettre un équilibre des pouvoirs. Le pouvoir devrait donc lentement s’éloigner des entreprises milliardaires et se diriger vers les utilisateurs lambda.

Bien que les systèmes décentralisés soient toujours sous le feu des critiques et que les masses n’aient pas encore pris la route vers cette idéologie, les aspirations du WEB3 promettent un large potentiel. En tant qu’agence digitale en Valais, nous sommes heureux de vous présenter les dernières tendances du monde numérique. Ce court article n’explique que les bases du WEB3, essayez donc d’en découvrir plus par vous-même, car il se rapproche !

Manuel Cina